Bienvenue à la Ferme Equestre de Bois Guilbert


Pour nous écrire

Ma basse-cour

"Ouf ! Voilà déjà deux heures de cours de passées. - Oui, maintenantc'est la récréation, tu viens jouer avec nous, Guilaine? - J'ai pastellement envie. - Pourquoi? d'habitude tu joues tout le temps avecnous. - Oui, mais, aujourd'hui..., Euh... Viens, je vais t'expliquer:J'ai des animaux et je suis un peu responsable d'eux... - Quoi ! tu asdes animaux à toi et tu es responsable d'eux? Je ne comprends pas trèsbien. De toute façon, moi, j'ai envie d'aller jouer."

Et voilà qu'elle me laisse toute seule, me préoccupant de mes bêtes, "sont-elles bien nourries? Mon poney a-t-il ses biberons?" et, surtout,de ma poule naine que je ne trouve plus; d'ailleurs, je sais qu'ellepond, mais où?

Je suis interrompue par le tintement de la cloche qui indique à toutes lesélèves le cours suivant. Enfin, mes pensées sont oubliées avec letravail. Je suis pensionnaire, mais les jours passent vite et ainsi lesamedi arrive plus tôt que je ne le pense. Et à ce moment-là les coursn'ont plus grande importance. Dès que je me trouve dans la voiture, jene peux tenir en place.

Ah!Enfin arrivée! Je déjeunerai après, d'abord mes animaux! Ma cane, c'estelle qui a le plus faim et, avec elle, je n'ai pas de problème car ellemange de tout: Des pommes de terre écrasées, des nouilles, des petitspois et bien d'autres choses, mais attention, elle est trop grosse, ilva falloir que je la mette à la diète, sans ça, papa va la tuer et lamanger.

Elleme prend du temps, ma cane, car il faut que je mette dans ma main Inourriture et après, elle mange; plus elle grandit, plus il faut que jela soigne délicatement, et, bientôt, il faudra la nourrir à la petitecuillère!

Maintenant,je vais voir mon petit poney. Il est triste quand je ne suis pas là,mais il hennit quand j'arrive. Quelquefois, je me demande s'il pleure,car ses yeux sont mouillés quand je vais le voir. Peut-être pense-t-ilà sa mère qui est morte quand il avait deux mois? Ou peut-être veut-ilde la compagnie ? Je décide donc de lui apporter un lapin, pour qu'iljoue avec lui.

Jedonne à toute la famille lapins de l'avoine et de la farine de luzerneet quelquefois des pommes ou des carottes car, eux, ils ne mangent pasn'importe quoi; I'herbe les fait gonfler.

J'enattrape un blanc et noir et je l'apporte à mon grand ami poney. A mongrand étonnement, il ne m'adresse aucun regard et pas plus au lapin. Jene perds pas espoir et je pose le lapin par terre, sur la paille; maislui, tout tranquille, fouine dans son avoine, avec l'air de se moquerde moi.

Pendantce temps, tout le monde me cherche; mais mon frère sait où me trouveret me ramène, vainqueur, à la maison. Au déjeuner, je ne pense qu'à monponey: "Peut-être a-t-il perdu l'habitude de moi ?" Pour éclairer ça,je décide d'y retourner aussitôt après le dessert.

Iln'a pas bougé d'un pouce, tandis que le lapin se promènetranquillement, mâchonnant un brin de paille. ça me semble bizarrequ'un petit poney, qui a tout le temps besoin de gambader, restetoujours à la même place. Et puis, il a de drôles d'airs. Il cachepeut-être quelque chose ? Non ! il a plutôt l'air de protéger quelqu'un.

Et toute la nuit,je ne peux laisser échapper cette idée; pour moi, c'est un mystère.

Lelendemain matin, comme tous les dimanches à la première heure, je vaisporter le biberon à mon poney, car, depuis qu'il a perdu sa maman, onlui donne le biberon. Heureusement qu'il mange déjà un peu d'herbe !

"Je me demandecomment il va se comporter, ce matin!"

Ilboit son biberon sans difficulté et sans bouger la tête. Je ne peuxtenir plus longtemps; alors, je pousse sa tête de l'autre côté et jereste bouche bée devant le spectacle: Ma poule en train de couver onzeoeufs et qui piquette les grains d'avoine, et lui, en échange, prend unpeu de foin qui sert de nid à ma poule.

"Ainsi, ma poule est encore vivante! m'écriai-je. Et c'est mon poney quil'a protégée, mon propre poney! Je suis très fière de toi, tu sais."

Ettous les jours, je donne du foin à mon poney. Et tous les jours, jedonne de l'avoine à ma poule, mais ils se partagent tout le temps leurnourriture. Ah ! si tout le monde pouvait être comme eux!

Guilaine 8 ans


Ferme Equestre de Bois Guilbert
1001 route d'Héronchelles 76750 Bois Guilbert (Haute-Normandie)    -    tél : 02 35 34 42 51
poney-club - ferme pédagogique - Colonie poney - classe découverte - collège Equestre - gîte de groupe
Ecole Française d'équitation affiliée à Bienvenue à la Ferme et à Gîtes de France