Bandeau superieur

Bienvenue à la Ferme Equestre de Bois Guilbert
Nos lignes téléphoniques sont enfin rétablies... Avec encore quelques risques de perturbations


Pour nous écrire

une tempête de neige

Samedi, en rentrant de l'école, il commence à neiger. Après avoir appris mes leçons, je cherche Guilaine et nous partons nous promener dans le bois. Mais, nous n’avons fait qu'une petite visite au bûcheron: La tronçonneuse effraie les poneys.

Nous rentrons à la maison, il y a un tourbillon de neige comme une tempête dans les dunes. Je suis heureux, grâce à la neige, nous n'irons pas à l'école.

Pendant le diner, tout le monde a du frisson au cœur. Dans la cheminée, où le feu pétille, le vent gronde comme dans une tempête en mer. Dans la salle à manger, le volet de gauche claque et on sursaute.

Alors, ma grand mère est obligée d'ouvrir la fenêtre pour le refermer, cela produit des courants d'air effroyables.

Après la prière, je monte me coucher, je m'endors difficilement à cause de ce vent.

Le lendemain, je m'habille en cow boy et vais réveiller Guilaine :
"On est dimanche! Tu viens monter? — D'accord", dit Guilaine en bâillant. Le petit déjeuner fini, nous allons à la ferme pour prendre de l'avoine.

Mais Jean Marc se réveille en sursaut.

Guilaine n'est plus dans son lit. Jean Marc comprend, vite il s'habille, il court droit à la ferme pour nous rejoindre; pour être sûr qu'on ne l'oublie pas, il crie:
"Attendez moi! Attendez moi!" Il titube dans la neige et tombe, j'éclate de rire.

"Je vais chercher mon chapeau que j'ai oublié", dit il tout rouge. Après avoir pris une dernière poignée d'avoine nous nous dirigeons vers le bois en nous guidant avec les traces de poneys passés avant nous. Mais, tout à coup, une pente de neige s'élève et, à certains endroits, il y a un mètre cinquante. Alors nous devons passer par le champ. Nous marchons longtemps, soudain on aperçoit des traces de lièvres, nous voulons les suivre mais elles passent de l'autre côté de la clôture.

Arrivés au chemin qui conduit au bois, nous revoyons les traces de poneys qui s'enfoncent dans la neige. Elles nous mènent à la cabane. Mais un inconvénient se présente, les traces se sont embrouillées et se séparent de deux côtés, lesquelles suivre ?

Pirouette arrive en courant et disparaît dans les broussailles mais elle revient vers nous car elle sait qu'elle ne doit pas chasser.

Je dis: "Peut être sont ils passés par là puisque Pirouette vient de ce chemin ?"

Alors, nous nous dirigeons vers le champ. "Je les aperçois", crie Jean Marc. "Où sont ils? dit Guilaine.—Là ! —Ah, oui, je les vois dis je."

Nous nous dirigeons vers le champ, les poneys broutent en poussant la neige avec leurs naseaux. Guilaine va vers un poney qu'elle aime bien; une fois bridée, Guilaine monte sa monture, mais celle ci fait de petites bêtises car elle veut manger et rejoindre ses amis. Alors je la prends, moi je veux aller dans le sens inverse et la ponette n'est pas contente et fait du rodéo. Enfin, essoufflée, la petite jument abandonne. Après ce petit jeu, nous partons en promenade. Soudain, dans la neige épaisse, nous voyons des traces, je dis à Jean Marc:

"Ce sont des traces de sanglier."

Jean Marc se met à trembler et demande: "Est ce que cette bête est méchante ?"

"Oui!" répondis je.

"Il va foncer dans nous ?" crie Jean Marc apeuré.

"Mais non! c'est une farce."

"Heureusement."

Après cette farce, nous rentrons à la maison pour goûter et pour apprendre nos leçons.

Thierry 10 ans


pied de page
Ferme Equestre de Bois Guilbert
1001 route d'Héronchelles 76750 Bois Guilbert (Haute-Normandie)    -    tél : 02 35 34 42 51
poney-club - ferme pédagogique - séjour vacances poney - classe découverte - collège Equestre - gîte de groupe
Ecole Française d'équitation affiliée à Bienvenue à la Ferme et à Gîtes de France